Une question de communication.

Après une belle saison où Dijon a renoué avec les playoffs, il est désormais temps de se tourner vers l’avenir. Et c’est le club lui-même qui tient son futur entre ses mains.

Il faut maintenant prendre les bonnes décisions. Car la JDA possède le potentiel pour tirer son épingle du jeu, il faudra pour cela se bouger un peu. Plus facile à dire qu’à faire? Possible de le croire quand on connaît les dirigeants dijonnais. Seront-ils capables de faire les bons choix en ciblant les meilleurs opportunités?

 

JDA-DijonUne communication à la rue…

 

La JDA est en perte de vitesse en matière de communication et ce depuis quelques années maintenant. Le résultat? Un Palais des Sports rarement complet, des sponsors portés disparus, un intérêt des dijonnais pour leur équipe en baisse… Voilà ce qui arrive quand on ne porte pas suffisamment d’attention à l’aspect communication dans la sphère sportive.

Ainsi, plusieurs facteurs rentrent en compte, les résultats sportifs par exemple, puisque Dijon a brillé par son manque de régularité ces dernières années. Mais on peut également citer les multiples dérapages médiatiques de Michel Renault. Le président dijonnais n’a pas sa langue dans sa poche et il n’a pas franchement aidé son club à se sortir de l’impasse dans laquelle il semble se trouver. Car l’image du club dijonnais a été terriblement ternie par son équipe dirigeante à coups de scandales multiples, de dérapages et de fautes professionnelles.

Le résultat concret? Un club qui souffre d’un déficit financier mais aussi d’un rayonnement médiatique à la masse. La JDA a du mal à exister et à progresser, non pas sur le plan sportif, mais dans sa façon de réhabiliter son image.

 

L’âge de pierre…

 

La JDA est-elle 'has-been'?

La JDA est-elle ‘has-been’?

Les dirigeants du club n’ont pas su se mettre à jour et innover pour lui permettre d’obtenir un statut qui pourrait pourtant facilement être le sien dans la championnat. Car Dijon fait partie des 6 villes les plus peuplées en Pro A, de quoi bénéficier d’un statut conséquent. Or, on constate que l’équipe dijonnaise passe bien après nombre de clubs implantés dans des villes de moindre importance démographique.

Pourtant, avec plus de 370 000 habitants dans son aire urbaine, Dijon possède un potentiel indéniable qui n’est pas exploité à son maximum, bien au contraire! Bien entendu, la concurrence du foot joue également mais elle pourrait être contrée et minimisée avec une meilleure politique médiatique et une communication mise à jour.

Un exemple, le site internet du club qui n’est pas configuré au mieux et qui gagnerait à être davantage mis à jour. Mais l’exemple le plus flagrant à mes yeux est celui de la boutique. En effet, celle-ci n’est pas digne d’un club professionnel de haut niveau. Peu fournie, peu visible, elle ne représente en rien la vitrine d’un club ambitieux.

La communication du club passe aussi par là! Car en plus d’un effort médiatique et de diffusion à l’échelle régionale, les dirigeants doivent comprendre que développer une boutique (avec des produits dérivés et toute chose susceptible d’attirer du public), c’est permettre au club un rayonnement conséquent, paramètre essentiel pour le développement d’une structure comme la JDA.

Après s’être reposé sur ses lauriers pendant de longues années, la JDA doit désormais tenter d’innover sur le plan de la communication. Le potentiel démographique, social et économique est présent dans une ville aussi hétéroclite que Dijon. Si le problème de la dette venait à être réglé, il serait fort inspiré de la part des dirigeants dijonnais de se démarquer et de relancer une dynamique positive car le club en a bien besoin…

 

La suite?

 

L’avenir reste flou, quels choix les dirigeants feront-ils? Celui de l’innovation et de la prise de risque ou bien celui du conservatisme? À moins d’un changement radical et d’ambitions renouvelées, difficile d’imaginer autre chose que le deuxième choix…

Pourtant, l’aspect sportif semble être enfin à la continuité avec la prolongation de Jean-Louis Borg et le désir de continuer avec une même ossature. Dès lors, il serait de bon ton de s’atteler à la communication et au développement du club pour espérer renouveler avec le passé. Car c’est un passage obligé pour la JDA si elle veut à nouveau côtoyer les sommets et développer son rayonnement. Car si l’image sportive semble enfin renouvelée, il faut également s’atteler à l’image médiatique et globale du club.

Comment imaginer attirer de bons joueurs dans un club à l’image vieillissante et peu dynamique? Comment espérer garder un joueur comme Jeremy Leloup sous nos couleurs si rien n’est fait pour (re)faire de la JDA une place forte du sport dijonnais mais aussi un club qui compte dans l’élite française?

Les enjeux d’une redynamisation sont multiples puisqu’ils touchent de nombreux aspects, du financier au sportif. Et c’est ce que les dirigeants ont eu du mal à comprendre. Car en soignant l’image du club et en innovant, le reste suivra plus facilement. Ainsi, négliger un aspect induit toujours des retombées néfastes pour un club professionnel.

Il faut donc désormais entamer un processus d’assainissement et de dynamisation de la communication pour redorer l’image de la JDA et ainsi renouveler les ambitions et renouer avec le passé du club. rien n’est impossible, au contraire! On constate déjà que les dirigeants se démènent pour améliorer la situation financière. Il faut donc maintenant faire en sorte que cela s’accompagne d’un renouvellement des techniques de communication!

Des bases saines pour un avenir meilleur, c’est tout le mal qu’on souhaite à la JDA qui aura dans tous les cas un été chargé!

 

Go JDA!

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Login
Mots clés