La JDA en finale, 7 raison d’y croire!

Ce mardi, la JDA Dijon se déplace en Alsace dans le cadre de la deuxième finale de Coupe de France. Face à elle, Goliath A.K.A. Strasbourg. L’un des cadors du championnat qui n’a pourtant jamais réussi, depuis l’arrivée de son coach/sélectionneur de l’EDF, a s’imposer en championnat ou en coupe. De quoi motiver les troupes alsaciennes.

Mais Dijon de son côté peut et doit encore espérer se qualifier. Car après avoir (enfin) réagit en championnat (victoire au terme de 3 prolongations), Dijon entend bien profiter de son élan pour faire fructifier son bon parcours dans la compétition depuis deux ans. L’occasion de retrouver la finale de cette compétition que le club avait remporté en 2006?

Voici donc 7 raisons d’y croire:

 

1 – Jean Louis Borg est annoncé sur le départ depuis déjà plusieurs semaines. Si cela venait à s’avérer exact, quoi de mieux que de partir sur un titre? Le technicien dijonnais, qui a écrit certaines des plus belles pages de l’histoire récente de la JDA mérite bien ça. Et il a aussi les capacités pour guider son groupe jusqu’au bout! Ce serait également une juste reconnaissance pour ce coach sensationnel. Lui qui est au centre des critiques depuis quelques temps suite à ses déclarations plus que maladroites dans la presse, aurait alors l’opportunité de laisser un souvenir encore plus intarissable dans l’esprit des dijonnais.

 

IMG_3211   2 – Erving Walker est un monstre, un génie, un artiste. Les qualificatifs manquent pour souligner l’importance et le talent de ce meneur miniature. Vendredi soir, il a fois battu son record de points en carrière mais également le record de points cette saison avec un total de 43 points (certes au bout de 3 prolongations mais tout de même, avec la fatigue et le manque de jus, sa performance reste exceptionnelle!). Le meneur dijonnais est une pièce maîtresse de son équipe depuis le début de saison et dispose d’une marge de progression affolante! Certes, son jeu n’est pas encore totalement abouti, il lui reste à progresser dans certains domaines, mais avec son attitude irréprochable et sa détermination clairement affichée, Dijon pourrait bien arracher son ticket dans son sillage.

 

   3 – Steven Gray a certes été critiqué (ici même également), mais il n’en reste pas moins un formidable attaquant. Alors qu’on lui reprochait son attitude parfois quelque peu dilettante et son individualisme trop prononcé, il a su réagir en même temps que ses coéquipiers. Décisif et précieux, l’arrière américain est capable de débloquer les situations pour son équipe. Avec l’opportunité de disputer une finale, il pourrait bien se transcender!

 

4 – Le réveil d’Andre Harris. Trop souvent transparent depuis le début de saison, l’intérieur fuyant de la Jeanne a fait apprécié toute sa verve décisive vendredi. Lorsqu’il est en réussite, Harris se transforme en véritable casse tête pour les défenses qui doivent sans cesse choisir entre changer sur les écrans ou risquer de se faire sanctionner. Le facteur x?

 

Jacques-Alingue   5 – Les guerriers de l’équipe. Jacques Alingue, Zach Moss, Antoine Mendy, Aldo Curti, Kevin Joss-Rauze et peut être aussi Kervin Bristol. Spécialistes des tâches ingrates, ils forment le noyau dur de l’équipe. Leur dévouement au collectif est total et leur détermination à bien faire en fait l’une des forces de la JDA. Car même s’ils n’endossent pas les mêmes rôles que ceux cités plus haut, le collectif prend forme autour d’eux. Le capitaine Moss est en charge de fédérer le groupe, Alingue apporte à l’équipe son énergie et son talent défensif, tout en plantant quelques paniers. Bref, la force collective de l’équipe. Si l’alchimie du groupe est restaurée, la tâche sera déjà moins difficile!

 

14437   6 – Parce que la Jeanne l’a déjà fait! Souvenez vous, le 7 mai 2006 à Bercy face à Orléans. Une victoire 66 – 58. Laurent Sciarra, Jimmy Baxter, Mario Bennett, Yakhouba Diawara, Jacques Monclar… Des souvenirs gravés à jamais dans l’esprit des supporters dijonnais. 9 ans après, pourquoi ne pas récidiver? La boucle serait bouclée. Une nouvelle magnifique page dans l’histoire du club. Une juste reconnaissance. Une compétition qui a déjà sourit à la JDA. Pourquoi pas de nouveau? C’est certain, Dijon veut cette Coupe de France de nouveau et décrocher sa place en finale serait déjà une belle opportunité!

 

7 – Parce qu’on y croit tout simplement. Cette équipe, même si elle a marqué le pas récemment, nous a montré en début de saison toute l’étendue de son potentiel. On y croit, et c’est la meilleure raison d’espérer.

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Login
Mots clés