Preview: Strasbourg – Dijon

Et voilà c’est parti! Le coup d’envoi des playoffs est proche et l’excitation déjà palpable. Car les supporters dijonnais ont des fourmis dans les jambes et des crampes dans les mains à force d’impatience.

En quart de finale, la JDA va retrouver une équipe de Strasbourg qu’elle connaît bien. Et comme le fait remarquer DNA (quotidien alsacien), « Affronter la JDA n’est jamais une partie de plaisir, et les deux rencontres de saison régulière sont là pour le prouver. » Ainsi donc, même si les strasbourgeois restent favoris, la partie pourrait être plus serrée qu’il n’y parait.

Jean-Louis Borg le soulignait déjà en conférence de presse d’après match, le graal est atteint et le reste ne sera certainement plus que du bonus. Mais doit-on en rester là? Non, bien sur que non! Car passé les discours formatés et la langue de bois, il est temps d’afficher de l’ambition. Alors certes, n’allons pas trop vite en besogne non plus à se voir déjà champions, mais il semblerait que les dijonnais aient leur petite carte à jouer face à Strasbourg. Un exploit n’est pas à écarter!

Cependant, les playoffs sont un tout autre championnat et Dijon devra faire preuve d’une capacité d’adaptation sans laquelle rien ne sera possible. Car malgré l’adage Jordanesque connut de tous, « l’attaque fait gagner des matchs, la défense fait gagner des titres », il faut aussi garder à l’esprit que la JDA ne goûte au plaisir des playoffs que pour la première fois depuis de nombreuses années. À l’inverse la SIG est taillée pour l’exercice et dispose de davantage d’expérience.

On soulignera tout de même le compliment adressé à l’égard de l’équipe par Vincent Collet: « On n’est pas plus favori que ça. Pour moi, C’est du cinquante-cinquante. Dijon est un adversaire compliqué parce qu’il maîtrise très bien toutes ses capacités, toutes ses faiblesses, et qu’il impose souvent à l’autre ce qu’il veut faire. En plus, ils ont, à mon sens, un état d’esprit qui est celui des play-offs. Et cette mentalité, ils l’ont d’ailleurs toute l’année. »

 

Tout est possible en playoffs

 

Les playoffs enfin de retour dans la capitale bourguignonne! Photo: LNB

Les playoffs enfin de retour dans la capitale bourguignonne!
Photo: LNB

Sans se voir trop beaux, on peut tout de même trouver diverses sources d’espoir. Car comme dit plus haut, les playoffs sont un tout autre championnat. Et sans pour autant remettre les compteurs à 0, on peut tout de même nuancer les hiérarchies issues de la saison régulière.

De plus, l’état d’esprit dijonnais pourrait être un facteur décisif dans cette série. Mal barrée en début de saison, en proie aux doutes et aux pépins divers et variés, la JDA a su trouver la force mentale pour accrocher la 7° place. De plus, cette qualification a des airs de « Happy Ending ». Une bonne chose pour le moral et la soif de victoire des dijonnais.

En saison régulière, on est à une victoire dans chaque camp. Autant dire que rien n’est fait… Mais rien n’est irréalisable non plus! Cette équipe a des ressources mentales tout simplement exceptionnelles et malgré le talent strasbourgeois, Dijon peut frapper un grand coup. Car Dijon a arboré toute la saison un état d’esprit digne d’une équipe jouant les playoffs. Il ne faut rien lâcher maintenant…

Mais attention, Strasbourg va également procéder à des changements pour ces playoffs. En effet, malgré sa deuxième place, la saison de la SIG n’aura pas été de tout repos. Et nul doute que Vincent Collet saura trouver les mots pour mobiliser ses troupes.

 

L’arme fatale

 

Strasbourg a plus d’un tour dans son sac. Les supporters dijonnais le savent bien et ont pu le constater à domicile lors de la 28° journée. Les alsaciens sont redoutables et disposent d’une polyvalence offensive incroyable.

En effet, l’arme principale des hommes de Collet se trouve à l’intérieur de la raquette et ne passe pas inaperçue: Alexis Ajinça, 2,15m, 16pts,6rbds. Un monstre physique qui avait posé quelques soucis à Zach Moss et Ferdinand Prenom… Car l’ex NBAer de par sa taille impose sa loi dans toutes les raquettes de France. S’il ne peut finir dos au panier, il n’hésitera pas à s’écarter un peu. C’est pourquoi il est primordial de ne pas le lâcher d’une semelle.

Mais les problèmes ne s’arrêteront pas là! Car si Ajinça ne s’en sort pas, comptez sur Romain Duport pour apporter lui aussi son envergure (2,15m également) et sur Ricardo Greer pour offrir d’autres solutions à l’intérieur.  Greer d’ailleurs devra faire l’objet d’une attention toute particulière. Capable de shooter comme de finir près du cercle, il ne faudra pas oublier de lever le bras (n’est-ce pas mr Harris?)!

Et si le secteur intérieur est bien verrouillé, c’en est fini de  Strasbourg? Non, pas du tout! Même privés de Gerald Fitch, la SIG dispose de plusieurs options pour ressortir la balle et planter un shoot. À vous de choisir, qui de Louis Campbell, Jeff Greer ou Jason Siggers pour punir les prises à deux dijonnaises et les boulevards qui en résultent?

 

D-E-F-E-N-S-E

 

Voilà la clé côté dijonnais. Quel scoop me direz-vous! Et vous n’auriez pas totalement tort… Cependant, je vous prierais de bien vouloir faire preuve de mauvais esprit plus loin!

La défense dijonnaise (deuxième meilleure du championnat tout de même…) est connue de tous. Jean-Louis Borg, le spécialiste, sait que ses schémas fonctionnent désormais à merveille et nul doute qu’il saura faire les ajustements nécessaires pour ne pas trop subir en playoffs.

Car c’est bien entendu le passage obligé pour s’imposer face à une équipe présentant de tels talents offensifs. Les prises à deux seront fréquentes à l’intérieur à n’en pas douter. Pour autant, les extérieurs dijonnais devront se donner à fond sur les lignes de passes pour ne pas se retrouver sous une pluie de 3pts.

Mais si elle est en place et que la concentration est à son maximum, la défense dijonnaise peut créer l’exploit. Car avec une bonne prestation défensive, la JDA se retrouve dans de bien meilleures dispositions…

 

Jeremy Leloup a soif de victoire et de reconnaissance.

Jeremy Leloup a soif de victoire et de reconnaissance.

Imposer le rythme

 

Voilà ce qu’il doit découler des efforts défensifs de joueurs dijonnais. Car lorsque Dijon impose son rythme à son adversaire, l’équipe devient redoutable à chaque possession. Les contre attaques devront être parfaitement gérées par T.J. Campbell et David Melody. Le capitaine dijonnais serait d’ailleurs bien inspiré de retrouver de l’adresse… Car son apport sera crucial dans cette série.

De plus, si Dijon impose son rythme, cela devrait libérer Jeremy Leloup en transition. L’ailier dijonnais sera à n’en pas douter le facteur x de cette confrontation. Meilleur marqueur de l’équipe cette saison, il a su se muer en leader offensif. La réussite de la JDA lui est en grande partie due cette année. Il devra d’ailleurs confirmer ses récents progrès en playoffs. Plus facile à dire qu’à faire même s’il semble suffisamment déterminé pour y arriver.

Si les hommes de la Cité des Ducs parviennent à forcer Strasbourg à se plier à leur rythme, la victoire sera à portée de bras. Pour cela, il faudra néanmoins une forte présence intérieure (Moss si tu m’entends…) et des shooteurs en réussite…

 

La victoire semble possible pour les hommes de Jean-Louis Borg donc, il faudra néanmoins rester concentrer à 100% pendant l’intégralité du match sous peine d’être systématiquement punis.

Comme l’a souligné Borg, l’attente est énorme côté dijonnais et les joueurs devront se donner à fond pour faire de ces playoffs davantage qu’un simple bonus. Dans tous les cas, la série risque d’offrir du spectacle et des rencontres serrées. Pour notre plus grand bonheur!

Supporters dijonnais, vous aurez vous aussi un rôle à jouer, mobilisez-vous, donnez de la voix et restez soudés derrière votre équipe.

 

The show must go on!

 

 

Go JDA!

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Login
Mots clés