Pour du beurre

Il a plu dru sur Dijon chez les Ch'tis

Il a plu dru sur Dijon chez les Ch'tis

Autant on connait l’expression « mettre tous ses œufs dans le même panier », autant la JDA vient de revisiter ce soir le concept « ne surtout mettre aucun œuf dans ce panier là ». En clair, c’est peu dire que la JDA n’espérait rien de ce match à Gravelines-Dunkerque, surtout face à une équipe qui joue sur l’euphorie et qui fait vite de gros écarts. On en a eu encore la démonstration ce soir (88-54).

Le traumatisme de la dernière saison est passé par là (51 points d’écart pour les Nordistes) et les dirigeants dijonnais ont pris un parti clair, net et précis pour cette année : faire l’impasse sur ce match

Exit Xane D’Almeida pourtant pétillant ces dernières semaines mais victime d’une sanction disciplinaire. Quelque part, cela tombait certainement bien puisque cette semaine ne présentait manifestement aucun enjeu pour nos têtes pensantes. De fait, c’est avec une équipe encore marquée par de récentes poussées acnéiques (certains ont dû penser que Bogavac était le coach) que Dijon est allé se faire dépecer chez les Ch’tis.

On a même pensé en première mi-temps rentrer à nouveau dans le livre des records. Huit points marqués au 1er quart-temps, seulement 20 à la mi-temps. Cela sentait le record d’indigence offensive.

Heureusement, l’honneur fut sauf ! Alors que Milosevic s’éteignait peu à peu, Abdou M’Baye s’est réveillé pendant le garbage time (qui commence grosso modo dès la 12e minute dans un match où l’un des protagonistes est la JDA) pour alimenter la marque. Le record du plus petit score offensif ne tombera pas ce soir. En revanche, pour l’écart final, on repassera. Loin du fossé abyssal de l’an dernier, le malade dijonnais a toutefois dû attraper une belle bronchiolite pulmonoro-trachéoïdale* en se faisant doubler par le bolide gravelinois. Là on ne parle plus de se faire simplement enrhumer, on est au bord du coma.

Mais nous l’aurons compris, ce match n’avait aucune valeur si ce n’est de rappeler que le niveau de base de la JDA est quand même proche du bas de tableau de proB. Souhaitons que nos concurrents directs n’en profitent pas pour faire l’écart sur cette journée et que nos troupes reviennent mobilisées pour les prochaines échéances cruciales.

* rassurez-vous, je n’y connais rien… ce terme n’existe pas  :)

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Login
Mots clés